Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

jeudi 18 août 2016

Pour l'éternité, Peter James

Pour l’éternité
Nombre de pages: 480
Editeur: Fleuve éditions
Collection: Fleuve noir
Date de sortie: Mai 2016
Prix: 19,90€
Red Westwood n’y croyait plus, mais Bryce Laurent incarnait tout ce dont une femme pouvait rêver. Jusqu’au jour où son attitude passionnelle se transforma en comportement obsessionnel. Jalousie, surveillance, violence ont remplacé la flamme amoureuse.

Désormais, la peur est devenue sa meilleure compagne.

Un an s’écoule avant que Red ne réussisse à se débarrasser de ce prince charmant métamorphosé en monstre et qu’elle puisse enfin reprendre le cours de sa vie.

Mais sa liberté si péniblement reconquise subit un nouveau choc : le corps du Dr Murphy, une rencontre pourtant prometteuse, est retrouvé calciné dans sa voiture, une lettre d’adieu à ses côtés.

Bientôt elle ne peut plus nier l’évidence : Bryce Laurent ne l’a jamais quittée.

Pire, il s’est juré de rattraper sa belle rousse et de la garder. Pour l’éternité.
     Pour l'éternité est ma première avec Peter James. Ce roman fait partie d'une série mais les tomes peuvent se lire indépendamment les uns des autres. J'ai été conquise par cette découverte avec l'auteur. 

     Red est une jeune femme qui rencontre le grand amour sur un site de rencontre. Un jeune homme aisé prénommé Bryce Laurent qui l'aime passionnément. Mais très vite, elle se rend compte que le jeune homme lui ment sur de nombreux aspects. Cela couplé à un comportement violent, Red le fait sortir de sa vie soudainement. 
     Au moment où on démarre le roman, on la trouve dans une relation naissante avec un médecin. Mais ce dernier se fait sauvagement assassiner. La police se tourne rapidement vers la thèse du suicide. 

     Peter James nous livre une histoire entraînante qui enchaîne évènements sur évènements. On ne se lasse à aucun moment. Bien qu'on sache dès le début qui est responsable du meurtre, on ne s'ennuie pas. On frissonne des événements à chaque instant. On se demande sans cesse quel sera le prochain méfait de Bryce Laurent. On espère de tout coeur que la police arrivera à le coffrer et surtout, qu'il ne fera aucun mal à Red. 
      Ce que j'ai aimé dans cette histoire, c'est l'équipe de Police. Je n'ai pas lu toute la série, mais on sent à quel point certains personnages sont proches. Le personnage principal de la série, Roy Grace, a un passé tumultueux derrière lui. On le sent marqué par la vie et cet aspect au sein du roman donne envie de lire ses précédentes aventures.

Je vous conseille vivement ce roman. Les chapitres sont courts et percutants. Il faut avouer qu'il est assez dur à lâcher... On  en redemande  !





Résultat de recherche d'images pour "12-21"

Résultat de recherche d'images pour "Fleuve éditions"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire