Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

mardi 29 mars 2016

Paranoïa, Mélissa Bellevigne

Paranoïa
Nombre de pages: 320
Editeur: Hachette
Collection: Black Moon
Date de sortie: 30 Mars 2016
Prix: 17€


Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l’experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. À mesure que les mois passent et que la date de l’accouchement approche, la vérité semble s’éloigner.

      Paranoïa est le premier roman de Mélissa Bellevigne,  youtubeuse beauté connue sous le nom de Golden Wendy.  Personnellement, je ne la connaissais pas du tout, il faut dire que, le maquillage et cie, c'est vraiment pas mon truc. 
     Paranoïa est un roman qui me tentait énormément, de par le thème de la psychiatrie qui est abordé. Dès que les premiers avis sont sortis, j'étais sûre qu'il allait me plaire. Malheureusement, Paranoïa est une déception. 
       
      Depuis quelques temps, le roman de Mélissa Bellevigne commence un peu à faire polémique "Encore une Youtubeuse publiée" "C'est trop facile" "C'est injuste pour les autres auteurs" blablabla. Il faut savoir que, cette publication est une fiction et non pas une biographie comme on a pu voir chez d'autres. Du coup, j'ai trouvé pour le coup que ces débats n'étaient pas vraiment utiles. 
     
     Et sinon, de quoi Paranoïa parle? Ce roman raconte l'histoire de Lisa, une psychiatre spécialisée dans les cas complexes. Elle va être appelée pour travailler auprès de Judy, une jeune femme enceinte qui refuse de s'alimenter. Judy semble être psychotique. Lisa va essayer de gagner la confiance de Judy pour qu'elle reprenne son alimentation et qu'elle lui raconte son histoire.
      Jusque là, tout va bien. Alors, qu'est-ce qui s'est passé pour que ce roman soit une déception ? 

      Souvent, quand un auteur se lance dans des thèmes sur la psychiatrie/psychologie je m'aventure dans leurs histoires avec une très grande méfiance. J'ai lu beaucoup de choses fausses concernant ces domaines dans des oeuvres de fiction. Les auteurs se suffisent des représentations que la population générale a de certains troubles. Je me suis dit que, l'auteur pour Paranoïa, plaçant directement son roman dans un service psychiatrique, avait fait la masse de recherche. Et bien non ! Et on ne peut pas me piéger. Je suis en Master 1 de psychopathologie, et malheureusement, je les repère à 1 000 km les bêtises. 

     Avant de parler des troubles en eux-même, j'ai été clairement choquée par la façon qu'a Lisa de travailler. Sa patiente refuse de parler à l'équipe soignante de ce qu'il lui est arrivé, et encore moins de sa grossesse. Mais Lisa, elle, elle débarque "Coucou c'est moi, faut que tu manges sinon ton enfant va mourir". Ah ok... 
      Elle est dans le jugement et se comporte d'une manière moralisatrice. Et tout ça se justifie par "Elle a une méthode spéciale".     
     Mais, ce que je n'ai clairement pas aimé, c'est que, l'auteur ne développe absolument pas la relation entre les deux jeunes femmes. On assiste a peu d'entretien, seulement des ellipses. Du genre "Ouais elle se confie pendant des mois blabla". Ah oui.. Comment ? Pourquoi? Enfin je sais pas, pour moi c'était assez vide. J'ai eu la sensation, que la partie psychiatrie était la comme un bruit de fond, histoire de tisser autour de la folie. Parce que bon, Lisa, contrairement à ce que la couverture dit, ne croit pas Judy. Elle explore l'histoire de sa patiente et c'est tout. 

      Concernant les troubles... Première chose qui m'a piqué les yeux, à un moment de l'histoire, le mari de Lisa lui dit que en gros être schizophrène c'est être plusieurs dans la même personne. Ce à quoi Lisa ne réagit pas. La schizophrénie, ce n'est absolument pas ça. Et ce n'est pas non plus seulement des délires et des hallucinations.     
     Enfin bref.. Ensuite, Judy souffre soit disant d'un délire de persécution (elle est paranoïaque en gros). Franchement, j'ai réfléchis pendant une semaine sur quoi portait ce délire tellement c'est léger. Un tel délire, même à l'hôpital elle continuerait à le développer !! Et puis, ça toucherait d'autres sphères de sa vie. On en apprend sur sa façon de vivre avant son hospitalisation et aucun trace d'un délire de persécution. Elle laisserait peut être même pas Lisa l'approcher si elle en avait réellement un. Ca ne correspond pas à un trouble délirant ! 
     Là, on dirait juste que l'auteur a trouvé ça sympa et l'a intégré au récit. Je sais même pas comment leurs psychiatres ont pu en venir à ce diagnostic quoi. 
     Plus tard, on balance aussi "trouble de la personnalité multiple". Il faut savoir haha... 
    Enfin bref, ENORME déception sur le côté psy.  En plus là, je relève que ce dont je me souviens, mais pendant la moitié du roman, j'ai pas arrêté de souffler.  Si vous n'avez pas de connaissances dans ce domaine, ça devrait le faire pour vous. Mais moi clairement non. J'ai d'ailleurs discuté avec des lectrices ayant des connaissances dans ce domaine (dont une interne en psychiatrie) et nos avis se rejoignent concernant les troubles ! 

      On va arrêter de rager sur ça maintenant hein, et se consacrer à l'intrigue haha. 
    Judy voit depuis son enfance un homme adulte qui se prénomme Alwyn. Au moment où on la retrouve, dans son passé, elle entretien une relation assez chaotique avec ce dernier.  Rapidement, Judy et Alwyn vont entreprendre une quête pour tenter de comprendre les origines du jeune homme. J'ai adoré suivre l'évolution de ces deux personnages et suivre leur aventure au sujet de la vérité concernant le personnage d'Alwyn. C'est une belle histoire qui aurait méritée bien plus de pages que ça pour son développement. Je ne vois pas l'intérêt en fait de l'aspect psychiatrique à part pour renforcer l'aspect fantastique du texte. Folie ou réalité? 

      Malheureusement, je pense au final avec le recul sur ma lecture, que l'histoire de Judy a été expédiée. La relation de haine et d'amitié entre Alwyn et Judy est presque palpable. On peut se la représenter mais sans comprendre réellement ce qui a poussé ces deux personnages à tisser leurs liens. Il manque du fond à cette histoire. J'aurais aimé voir des personnalités plus poussées et creusées. Ressentir la vie dans les personnages, tout simplement. Pour moi, ils sont restés ce qu'ils sont, des mots sur du papier. 
      Alors oui, on est rapidement emportée dans le passé de Judy. On veut savoir, comprendre. Malheureusement, les passages sur la vie de Lisa viennent un peu tout gâcher.C'est long... Et ennuyeux. Je vois l'utilité pour expliquer ses comportements dans le suivi de sa patiente mais... Ca mène à rien de plus ! 
     Au final, je me dis que, j'aurais aimé vivre cette histoire. Elle méritait amplement que je ressente de telles sensations. C'est bien dommage. Elle avait beaucoup de potentiel. En plus, la fin est prévisible. En terminant le roman, je me suis juste dis "Ah ok". Je n'étais pas étonnée, surprise. Rien. Juste "Ah".  
  
     Une déception pour ma part malgré l'énorme potentiel de l'histoire. Je retiens tout de même une jolie écriture et la facilité qu'a Mélissa Bellevigne pour nous entraîner dans l'univers de Judy. Je vais tout de même suivre l'auteur, parce que, il faut garder en tête que c'est son premier roman. Et je pense qu'elle peut nous réserver pas mal de surprises! 



2 commentaires:

  1. Dommage pour ta déception :( Toutefois, je n'y connais rien dans le domaine psychiatrique. Du coup, j'ai tout de même envie de me faire ma propre idée sur le roman en général :)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tout à fait d'accord avec ton ressenti. J'ai fini le livre récemment et je suis réellement déçu. Je ne suis pas du tout une spécialiste en psy donc ton approche est intéressante. Cela dit il y a des choses que j'ai vraiment apprécié dans le roman dont le personnage d'Alwyn, donc il est vrai qu'il faut laisser une chance à Mélissa Bellevigne pour un futur roman :) Merci pour ton article.

    RépondreSupprimer