Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

mercredi 14 octobre 2015

Phobos, Victor Dixen

Nombre de pages: 433
Editeur: Robert Laffont
Collection: R
Date de sortie: Juin 2015
Prix: 17,90€
Six prétendantes.
Six prétendants.
Six minutes pour se rencontrer.
L'éternité pour s'aimer.

Il veulent marquer l'Histoire avec un grand H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l'oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

Elle veut trouver l'amour avec un grand A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l'une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l'amour. Elle a signé pour un aller sans retour...

Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

 A sa sortie, Phobos ne me tentait absolument pas. Pour plusieurs raisons en fait. Déjà, l'idée me faisait beaucoup trop penser au projet Mars One. Mais alors vraiment trop. Puis, toute cette histoire de speed dating, j'avais l'impression que ça allait être extrêmement niais et énervant à souhait. Du coup, j'avais genre AUCUNE envie de le lire. Puis il y a eu une masse de coup de coeur sur la blogo qui m'a pas motivée des masses non plus.
  Puis un jour, à la médiathèque, je l'ai croisé. Et je me suis dit que quand même, l'auteur avait fait un merveilleux travail avec Animale et que je devrais peut être lui laisser sa chance, qu'il pourrait me surprendre.
   Au final... J'aurais franchement du écouter ma première impression haha. Je devrais m'écouter plus souvent.. Parce que bah... J'ai détesté Phobos du début à la fin.
Et ça me fait un peu de la peine de ne pas avoir apprécié un roman d'un auteur qui a su me séduire avec une autre histoire. Enfin bref, je vais vous expliquer tout ça.

   Dans Phobos, on suit une jeune fille du prénom de Léonor. Elle a décidé de s'engager dans un programme organisé par Atlas, une entreprise qui a racheté la NASA. Leur projet est d'envoyer les premiers colons sur Mars sous forme de Télé réalité. 12 candidats sans attache sur Terre ont été sélectionnés, 6 filles et 6 garçons. Ils auront le temps du voyage pour Mars pour se découvrir, potentiellement tomber amoureux et décider avec qui ils se marieront une fois sur la planète rouge. Pas de quoi casser trois pattes à un canard quoi vu  Mars One en parallèle. Du coup, j'ai trouvé aucune originalité à l'histoire... 

     Puis en le lisant, j'ai eu un souci plus gros en fait. Parce que, l'originalité encore, ça fait pas tout. Ca peut être bien mené, être passionnant etc etc. Le problème que j'ai rencontré avec Phobos c'est que je l'ai trouvé vide, creux, sans vie. 
  Léonor est embarquée avec cinq autres jeunes filles. Et leurs liens pendant ces longs mois de voyage ne sont absolument pas exploités. Je n'ai pas bien compris la démarche. Niveau immersion on pouvait faire mieux quoi. Je n'ai pas eu l'impression d'être avec elles durant tout ce temps. A part voir Léonor qui dessine de temps en temps, quelques rapides échanges et une intrigue de fond qui se dessine, rien de plus...
  Je n'ai pas eu l'impression que ces filles partagaient quelque chose. Une seule d'entre elle est mise réellement en avant. Je peux à peine esquisser les personnalités des autres, je m'embrouillais dans les noms... Je n'ai ressentis aucune proximité, aucune amitié. Rien ressentis qui a attrait aux relations humaines. Et vu le sujet, je trouve ça assez tendu quand même...

   Et c'est un peu pareil pour les relations avec les garçons. On assiste à peu de speed dating en comparaison à la durée du voyage. On ne voit pas les liens se créer entre les protagonistes. On ressent pas la petite flamme qui nous fait vivre l'histoire avec les personnages. J'ai trouvé ça assez plat et froid. 
    Surtout que l'auteur s'avise à nous montrer l'arrière du décor et ses manigances. Mais c'était trop long à mon goût. Trop de temps perdu pour au final montrer des choses qui auraient pu se faire bien plus vite et laisser plus de temps pour tisser les liens entre les personnages.

  Pour moi, le point principal de Phobos c'était vraiment les relations humaines. Des adolescents enfermés dans un vaisseau pendant une longue période, courtisant peut être les mêmes personnes, il y avait de quoi faire beaucoup de choses pour créer des personnages plus élaborés. J'ai été affreusement déçue de ce vide émotionnel en fait.
  Pareil, parfois on entend parler d'amour mais je n'ai rien ressentis de tel. Ce n'est qu'un mot, cinq lettres. Pas d'émotions. Puis, ils pensent tous qu'à se draguer mais d'une façon que j'ai trouvé juste affreuse. Du rentre dedans si lourd.... Après que certains en fasse ok. C'est leur caractère mais là ils le font presque tous... C'était pas naturel pour moi.
  Puis tout le monde balise avec la fin mais je l'ai trouvée hautement prévisible et ça m'a même pas donné envie de continuer. Parfois, j'aime pas un livre, mais la fin m'intrigue quand même, et j'ai presque envie de lire la suite par curiosité. Je pense notamment à la symphonie des abysses. Là sérieux, je m'en fous royalement ! Surtout pour retrouver tous ces personnes sans vie.. Bof quoi.

  Si j'ai été aussi déçue c'est parce que ne rien ressentir pendant une lecture, je trouve ça assez triste quand même...Tant pis, j'espère que Victor Dixen saura me séduire à nouveau avec autre chose ^^"






6 commentaires:

  1. J'espère ne pas être déçue ! Je l'ai sur ma liseuse ... Je verrais bien :) ^^

    RépondreSupprimer
  2. Boaf.. ça m'étonnerait ! Y'a quand même pas mal d'avis positifs dessus ^^

    RépondreSupprimer
  3. Oh c'est le premier avis négatif que je lis sur ce livre pour le moment...je compte l'acheter bientôt..ma foi, je verrai bien ;) merci pour cet avis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en vois pas passé des masses non plus ^^' Mais pour le coup, je crois que c'est ma pire déception 2015 ! Ca a vraiment pas fonctionné avec moi x) J'espère que ça marchera pour toi c:

      Supprimer
  4. OHHHHHHHHHHH merciiiiiiiiii pour cette critique ! Enfin quelqu'un qui n'a pas aimé Phobos ! Je croyais être la seule.
    J'ai zieuté sur LA et dès que j'ai vu en lien ton article/note, je me suis précipitée dessus pour le lire. Et ça fait du bien. :)
    Bon il n'y a pas que du mauvais à ce livre hein, mais on en entend/voit tellement de bien, que ça me soulage d'en voir du négatif (autre que dit par moi) .

    (hs , je me suis connectée avec un blog que je n'alimente plus depuis des mois et qui n'a rien à voir avec la lecture, exprès pour te montrer ma gratitude, c'est pour dire ! )

    RépondreSupprimer