Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

samedi 19 septembre 2015

Blackwood, le pensionnat de nulle part, Lois Duncan.

Blackwood, le pensionnat de nulle part
Nombre de pages: 288
Editeur: Hachette
Collection: Black Moon
Date de sortie: Août 2015
Traducteur: Luc Rigoureau
VO: Down a dark hall (Etats-unis)
Prix: 16€

A l’instant où elle pose les yeux sur l’imposant manoir gothique de Blackwood, le pensionnat où elle va passer l’année, un sentiment d’angoisse s’empare de Kit. Comme si un vent glacé traversait son cœur à chaque pas effectué vers la porte. Comme s’il y avait quelque chose de maléfique à l’intérieur des murs du pensionnat, perdu au milieu de nulle part.


     On ne peut le nier, la couverture de Blackwood est fabuleuse. C'est elle qui m'a donnée envie de me plonger dans cette histoire. Un petit coup d'oeil au résumé (que j'ai volontairement raccourci) et hop ! Me voilà lancée dans l'aventure. En commençant Blackwood, je pensais découvrir un roman un peu angoissant voir peut être effrayant ! En fin de compte, j'ai découvert une grosse déception haha ! 


       Au commencement de notre lecture, on apprend que Kit, une adolescente,  est sur le point d'intégrer la pension de Blackwood. Sa mère et son beau-père partent pour leur voyage de Noce en Europe et ont décidé de la laisser dans cet établissement malgré ses supplications. Bon, dès le début, on comprend qu'il va se passer des trucs trop étranges de la mort qui tue. Et pour le coup, la façon dont s'est amené dans le livre m'a pas bien plu. Kit a un mauvais pressentiment et ressent qu'il règne une ambiance maléfique à Blackwood. J'ai trouvé tout ça un peu gros et le livre est assez prévisible sur certains points. 

       Kit une fois intégrée à cette pension va se faire des amies qu'au final, on apprend très peu à connaître. Surtout que, il y a des ellipses gigantesques dans Blackwood, servant à se centrer seulement sur les évènements importants. Au final, cela rend le roman affreusement vide et sans vie. On ne s'attache pas aux personnages et on ne nous laisse pas le temps d'imaginer ce qui peut se passer d'étrange ici car tout se passe TROP vite. Et c'est bien dommage parce que, le mystère de Blackwood est bien sympa ! J'aurais aimé que l'auteur prenne plus de temps pour développer tout ça...

       Souvent dans mes lectures, le point sur lequel j'ai le plus de mal, c'est les stéréotypes. Et Blackwood en est rempli. On se retrouve avec quatre adolescentes que je trouve au final, assez niaises. On dirait qu'elles ont 12-14 ans tellement je les ai trouvées immatures. Ajouté à cela, une légère obsessions aux garçons qui a le don de m'énerver. Et puis, elles assistent à des évènements bien étranges mais on dirait que leurs préoccupations sont fausses car elles ne sont très naturelles... Par moment, j'avais juste envie des les gifler. 

     Enfin bref. Je pensais vraiment apprécier ce roman, au final, c'est une amère déception. Il est stéréotypé avec une intrigue express et vide. Peut être qu'il peut plaire à certains mais pour moi, le courant n'est pas passé. Du tout.



5 commentaires:

  1. Dommage il est dans ma PAL et j'espère apprécié davantage

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai dans ma liseuse et compte le lire vers Halloween ! J'espère aimer beaucoup plus que toi parce que là ... C'est vraiment dommage pour toi :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi que tu vas aimer ^^ Après, c'est parfois un peu compliqué de me séduire ! haha

      Supprimer
  3. Ah oui effectivement, ce n'est pas du tout ton truc^^
    Après je ne partage pas ton point de vue, même si je peux comprendre ce qui t'a gênée. Je l'ai lu sans en attendre grand-chose et je me suis laissée porter sans chercher quoi que ce soit. Et c'est peut-être l'état d'esprit qu'il faut pour ce livre. Ne pas attendre des choses trop précises, rester dans la découverte et uniquement cela.
    Bise et à la prochaine :)

    RépondreSupprimer