Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

mercredi 24 septembre 2014

Les Outrepasseurs, Cindy Van Wilder

Nombre de pages: 352
Date de sortie: Février 2014
Editeur: Gulf Stream éditeur
VO: France
Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout…

Les Outrepasseurs m’a tout de suite tapé dans l’œil dès sa sortie. Je dois dire que sa sublime couverture y a été pour beaucoup. Ca ne se voit pas sur l'image, mais toute la partie dorée est brillante. C'est un peu fragile (sur mon livre ça "s'efface") mais ça donne un rendu top! En plus elle est à rabat. Bref. Un livre super joli avec une couverture très travaillée. 
Et puis, le temps a passé et je ne sais pas ce qu'il s'est passé… J'ai laissé traîner l'achat du roman. J'ai TROP de livres dans ma Wishlist. (Oui, je le dis à chaque fois). J'ai vraiment du mal à savoir lequel je vais m'acheter et surtout quand. Du coup, cet été, je me suis ENFIN laisser tenter! J'ai redécouvert le résumé en commençant le roman. Je ne m'en rappelais absolument pas. Et ça a été une erreur de m’y replonger.

Dans Les Outrepasseurs, on rencontre Peter. Un adolescent qui a ses rêves et ses envies. Malheureusement pour lui, sa vie va être chamboulée lorsque il se fait sauver par un renard d’une attaque qui le visait.

Au départ, le plus gros soucis que j’ai eu avec ce livre, c’est son contenu. En fait, le résumé nous place tout de suite dans l’ambiance : un adolescent qui se découvre une vie… « Magique ». On retrouve beaucoup de romans de la sorte aujourd’hui. Un individu lambda qui va découvrir un aspect secret de sa vie. Une vie magique qui annonce plein d’aventures. Ce roman m’a surprise par les choix de l’auteur concernant le découpage de l’histoire. 
On suit Peter jusqu’à découvrir le secret qui l’entoure. Puis après, tout se chamboule. On quitte notre jeune héros pour se plonger dans une toute autre histoire : celle des origines des Outrepasseurs. A la première apparition de ce chapitre, je me suis rendue compte qu’il était relativement long. Et ça m’a blasée. Je voulais suivre Peter moi ! Surtout que, les découvertes concernant les Outrepasseurs arrivent lentement. On est comme le personnage principal : dans une frustration énorme. Et puis, en feuilletant le livre, on voit vite que les passages concernant Peter sont ridicules en longueurs par rapport aux autres. Du coup, au début j’ai eu un petit coup de mou. J’en veux un peu au résumé du coup. Si je ne m’étais pas fait certaines attentes, je me serais plongée beaucoup plus vite dans l’histoire des Outrepasseurs. Dès le début j’aurais apprécié l’histoire et je n’aurais pas eu ce petit moment de doute.

     Heureusement qu’au fil de ma lecture, j’ai su apprécier ce format. Déjà, parce que pour moi c’est original. Là où certains entament un préquel après une série ou même alimentent leurs univers avec des nouvelles, Cindy Van Wilder a décidé de tout nous livrer d’un coup. Je ne peux même pas dire que ce tome constitue un tome d’introduction. Il va beaucoup plus loin. Beaucoup plus loin parce que, l’auteur arrive à nous imprégner des sensations de Peter par cette frustration. Mais aussi le fait qu’il ne se laisse pas faire, qu’il n’adhère pas forcément à son nouveau « statut ». On peut vite entrevoir son caractère, et on s’y attache ! 
     Je trouve ça habillement mené par l’auteur car Peter apparaît relativement peu dans l’histoire. Mais l’auteur arrive tout de même à nous livrer par le biais des découvertes de son personnage toute une brochette de nouveaux personnages dans un contexte totalement différent. Notre lecture balance entre une histoire riche, dans une ambiance sombre et pesante au Moyen-âge et Londres au 21ème siècle. Et je ne m’attendais pas à voyager dans cette époque. D’ailleurs, c’est très bien documenté. L’auteur nous livre des informations sur les coutumes plus ou moins glauques de l’époque, mais aussi des informations sur les vêtements ou sur le cadre de vie. En plus de ça, le récit est ponctué de nombreuses références. On découvre donc un récit intelligent. Si au début je me sentais perdue, les intentions de l’auteur nous arrivent en plein visage au bout d’un moment.
Bon par contre, je dois dire que j’ai eu un peu du mal à retenir tous ces personnages ! Je me suis pas mal embrouillée, j’ai eu un peu de mal à mettre un visage sur tout le monde. Bref le bazar ! Puis petit à petit je me suis familiarisée avec eux.

Je dois dire que j’ai eu un petit coup de cœur pour l’ambiance du roman. Quelque chose de très sombre, frôlant même une atmosphère pesante par moment. Je pensais en commençant à lire me retrouver avec un roman plutôt axé jeunesse. Mais non du tout ! Pour moi, c’est un récit vraiment mature. Il aborde certains thèmes d’une manière très adulte. Rien de culcul ou de niais. Les personnages au Moyen-âge doivent faire face à des situations dangereuses et hm.. Sérieuses je dirais. Pas le temps de rigoler !


Au final, malgré un début un peu difficile pour moi parce que mes attentes n’étaient pas comblées, j’ai passé un très bon moment avec l’univers de Cindy Van Wilder. Si vous avez l’occasion de lire les Outrepasseurs laissez vous tenter !
Je dois dire que le roman de l'auteur est original par plusieurs aspects. Comme je l'ai dit plus haut, la forme m'a surprise. C'est très différent de ce que j'ai l'habitude de voir. 
La manière dont l'auteur a choisi d'expliquer les origines des Outrepasseurs est également pas mal originale! Dans beaucoup d'histoire, il y a toujours des "trucs" pour expliquer l'univers au lecteur. Par exemple, par le biais d'un personnage hors sujet de l'univers. Ou alors, c'est le personnage qui explique comment son univers fonctionne à un personnage secondaire. Bref vous voyez le truc. Et bien, dans les Outrepasseurs, l'auteur emploie une technique que j'ai trouvé géniale! C'était fluide et réaliste. Pas de dialogue qui sonne faux et qui montre à 3km qu'il est seulement là pour expliquer au lecteur paumé.
J'ai bien aimé les méchants de l'univers. On n'a pas énormément d'informations sur eux, mais concrètement, le lecteur sait seulement ce que les personnages du romans savent. J'aime beaucoup avancer en même temps que les protagonistes de cette manière. Pour moi, ça donne de la vie au récit.
 Les Outrepasseurs est un mélange de plein de bonnes choses qui donne un rendu savoureux.
Dans les Outrepasseurs, on rencontre énormément de personnages. C'est un peu compliqué au début d'identifier qui est qui. Mais au fil de notre lecture, on apprend à les connaître et on s'attache petit à petit à eux. Je n'ai pas grand chose à dire là dessus. Je ne saurais vous parler convenablement d'eux sans en dévoiler trop. J'ai apprécié la facilité qu'a eu l'auteur pour switcher entre les époques sans nous perdre entre ses protagonistes.
Comme dit dans la chronique, aux premiers abords, j'ai eu un peu de mal à entrevoir où l'auteur tentait de nous amener. Déjà, j'ai eu du mal à comprendre l'apparition du premier chapitre au Moyen-âge hahaha...
Petit à petit tout devient clair. J'ai trouvé l'intrigue assez simple mais en même temps très riche. Nous laisser entrevoir l'univers de Peter donne réellement envie de lire les autres tomes pour voir ce qu'il en est réellement! Surtout qu'on est laissé totalement en plan le concernant. L'histoire est vraiment orientée sur le Moyen-âge. C'est très frustrant de terminer ce roman avec autant de questions en tête.
Concernant l'aspect fantastique du roman, pour moi c'était dosé à la perfection. Je n'ai jamais été frustrée à ce niveau là. L'auteur sait faire intervenir cet aspect au bon moment et de la bonne manière. Dans ce roman, il y a un temps pour tout. Du coup, le fait de ne pas voir apparaître le fantastique partout n'est absolument pas dérangeant.
  
Cindy Van Wilder a un style que j'ai beaucoup apprécié. Une écriture imagée que j'aime beaucoup! Pour un premier roman j'ai été étonnée de la qualité de son texte. Un vrai plaisir pour les yeux!




2 commentaires:

  1. J'ai pensé un peu comme toi de ce premier tome, en plus comme j'avais lu que des coups de coeur j'en attendais encore plus et quand je me suis rendu compte que Peter n'était pas beaucoup présent T.T. Mais j'ai tout de même hâte de lire la suite :)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien contente que tu aies tout de même apprécié ta lecture, malgré ce résumé trompeur ;)

    RépondreSupprimer