Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

mardi 10 mars 2015

Hate list, Jennifer Brown

Hate List
Nombre de pages: 398
Editeur: Le livre de poche
Traducteur: Céline Alexandre
Date de sortie: Octobre 2014
VO: Hate list (Etats-unis)
"C'est moi qui ai eu l'idée de la liste. Je n'ai jamais voulu que quelqu'un meure. Est-ce qu'un jour on me pardonnera ?"


C'est ce que pense Valérie, effondrée après un drame inexplicable survenu au lycée. Son petit ami, Nick, a ouvert le feu dans la cafétéria, visant un à un tous les élèves de la liste. Cette fameuse liste qu'ils ont écrite pour s'amuser et où figurent ceux qui étaient odieux, lâches, méprisants dans l'établissement. Maintenant, ils sont blessés ou morts. Et Nick s'est suicidé, emportant son secret pour toujours. Mais Valérie elle, est toujours là, enfermée dans une bulle de questions sans réponses. Jusqu'au matin où elle se lève et quitte sa chambre pour retourner au lycée.


       Avant de commencer ce livre, j’ai eu très envie de l’ouvrir et de me plonger dans l’histoire. Le sujet, sérieux et touchant, a été ce qui m’a le plus motivé à commencer la lecture.

       Hate List nous fait parcourir l’univers de Valérie, une adolescente bouleversée après le drame survenu dans son lycée. Le livre entre directement dans l’histoire à l’aide d’articles de journaux relatant les faits. Cela nous permet d’entrer directement dans l’histoire, et de ne pas se demander de quoi on parle pendant un quart du livre ! C’est quelque chose que j’apprécie énormément !

       Le personnage de Valérie est bien construit autour de ce drame. On rencontre à la fois la Valérie d’avant la tuerie, puis celle d’après. Le changement est important, traité avec un minimum de sérieux, ce qui me semble important vu le type de sujet abordé. Je laisse quand même un bémol concernant l’évolution de Valérie tout au long du roman, qui me semble un peu rapide, et parfois un poil irréaliste. C’est peut être le fait d’être en psychologie qui me fait dire ça, mais je trouve que la réadaptation de Valérie à son retour au lycée se fait de manière rapide et simple. J’aurais aimé un peu plus d’approfondissement à ce niveau là. *Spoiler* En plus, le fait qu’une des personne se trouvant sur la liste soit sauvée de la tuerie par Valérie (qui l’a elle-même mise sur la liste) puis que ces deux-là deviennent de très bonnes amies … Je n’ai pas vécu un événement pareil, mais cela me semble un peu exagéré....

       Tous les autres personnages du livre sont amenés de manière constructive, même si la plupart n’apparaissent que très peu tout au long du roman. On voit très bien que tous on été touchés par la tuerie, et que tous réagissent de manière différente, ce qui les rend très réalistes. Nick, le petit ami de Valérie et « auteur de la tuerie », est décrit petit à petit au fil du livre, ce qui m’a donné envie de continuer à lire pour découvrir le personnage et ses motivations. Reste un personnage dont je n’ai pas apprécié tout le caractère. Il s’agit d’un professeur de peinture, qui apporte une dimension légèrement mystique, arrivant à deviner des prénoms, des événements, des pensées … Je n’ai pas bien saisi ce qu’apportais cette dose de « mystique » dans le roman qui est plutôt très terre à terre. C’est quelque chose que j’ai moyennement apprécié.

       Un autre point négatif concerne la chronologie du livre. En effet, dans entre deux chapitres, nous faisons des allers retours entre passé et présent, ce qui m’a un peu déstabilisé. Le fait de parler d’un événement passé est utile, mais la partie présente n’est parfois pas en lien direct avec ce qu’on vient de nous annoncer. En plus, je me suis parfois perdue dans les personnages présentés rapidement dans un chapitre et dont on reparle plusieurs chapitres après.

       L’histoire reste tout de même très bien construite. Les drames de ce genre ne sont pas quelque chose n’inexistant aux Etats-Unis, et le sujet est traité de manière intelligente. Le livre est tourné vers la jeunesse, mais l’auteur n’a pas bradé son histoire pour autant. Le thème est lourd, mais bien amené, et donne de l’espoir, malgré le drame qu’a vécu cette promotion. C’est donc une bonne lecture pour ma part que je vous conseille :) 



L’histoire aborde un sujet de faits divers des Etats-Unis mais d’un point de vue d’une étudiante directement impliquée dans la tuerie, et ce de manière relativement bien construite.


Les personnages sont plutôt bien construits, mais certains ne sont pas assez aboutis, ou trop stéréotypés, ce qui m’a parfois gêné dans ma lecture.



Si le thème et l’intrigue restent simple, c’est bien mené dans l’ensemble, et on a vraiment envie de connaître les avancées de Valérie dans sa « guérison psychologique ».


1 commentaire:

  1. J'ai lu ta chronique et ça m'a pas mal fait penser au drame du lycée Colombine, et au film Elephant qui s'en est directement inspiré.
    En tous cas, j'ai bien envie de lire "Hate List" maintenant!

    RépondreSupprimer