Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

mardi 2 décembre 2014

Mademoiselle B., Maurice Pons

Couverture Mademoiselle B.
Nombre de pages: 272
Editeurs: Denoël
Date de sortie: Octobre 2014
VO: France

Hippolyte Girardot et Maurice Pons, c’est la rencontre de l’intelligence, du charme et de l’insolence discrète. Une savoureuse fantaisie à laquelle tous deux nous convient. 


Du village où il vit, Maurice Pons raconte les étranges rumeurs qui entourent une certaine Mademoiselle B. : une créature sans âge, toujours vêtue de blanc, qui attirerait les hommes et les pousserait au suicide. Maurice Pons, alors en mal d’écriture, se retrouve pris au cœur de l’enquête. Tout aussi méfiant que fasciné, il se passionne pour le cas de Mademoiselle B.
       Lors de la sélection d'Octobre dans le catalogue des éditions Denoël, je n'étais pas sûre de prendre ce livre. Déjà pour une question de temps  ( et sur ce point-là, j'avais raison puisque je suis à la bourre dans ma chronique ._. ) mais surtout parce que, je n'étais pas sûre d'accrocher. Ce qui m'a attirée dans ce roman, c'est son aspect fantastique et mystérieux. Et puis, je me suis dit "Pourquoi pas?". Au final, j'ai bien fait de le prendre, j'ai dévoré cette histoire! 

       La chose à laquelle je ne m'attendais pas vraiment en commençant cette histoire, c'est sa grande part de réalisme. J'avais bien vu que, dans le résumé, on parle de l'auteur. Mais je m'étais dit que c'était peut-être une fantaisie de sa part! (Ly, tête en l'air :'(. )
       En réalité, Maurice Pons raconte son histoire, une histoire qui prend place dans un village où de nombreux cadavres sont retrouvés dans d'étranges circonstances. Ce sont tous des hommes et avant de mourir, ils fréquentaient tous une certaine Mademoiselle B. Une femme sans âge, aux racines incertaines. Une "créature" qui semble pousser ses amants au suicide. Nous suivons toute cette enquête auprès des mots de Maurice Pons, frôlant constamment la frontière entre fantastique et réalité.

       Dans ce récit, l'auteur nous place dans une intrigue incertaine. Est-ce que cette Mademoiselle B est réelle? Réelle dans le roman ou dans la vraie vie? L'auteur joue entre les éléments réels de sa vie et entre de faux éléments ajoutés. Le lecteur est dans une étrange position. A certains passages, je me suis vraiment questionnée sur la véracité de ce que je lisais. Cette sensation était géniale! J'étais tout excitée! On se dit que c'est forcément vrai, on y croit jusqu'au bout. Puis on hésite, on se pose, on réfléchit. Et on repart dans cette histoire étrange à 100% avec l'auteur, on vit chaque minute! Et je les ai vraiment vécues. L'auteur a une écriture qui permet de donner la vie à ce qu'il raconte. Il décrit ce qu'il connaît. Il nous transporte dans sa vie. 

       J'avais très peur de rester sur cette lecture trop longtemps. Mais Mademoiselle B. se lit à une vitesse! On se balade de phrases en phrases, avec comme motivation principale d'en savoir un peu plus sur cette fameuse Mademoiselle B. Bon, parfois j'ai été un peu gênée, car l'auteur laisse beaucoup de détails sur sa vie. Des détails qui participent à la réalité qu'il construit, mais par moment ils étaient mis en place dans des moments cruciaux de l'intrigue. C'était très frustrant! Mais dans l'ensemble, ils sont là pour nous rendre encore plus proche de ce petit village et de ses habitants. 

       J'ai été un peu déçue de la fin. Elle m'a laissée un goût d'inachevé. Une coupure trop rapide avec ce petit univers que l'on avait appris à connaître et à aimer. J'aurais aimé que ce récit dure un peu plus longtemps et que l'auteur se penche plus vers le réalisme ou vers le fantastique. Il nous laisse un peu bêtement. 
       Au final, Mademoiselle B. a été une lecture agréable et surprenante. L'habileté de l'auteur à mélanger avec autant d'aisance ces deux genres et à enfermer le lecteur dans son histoire aussi facilement m'ont transportée. Je vous recommande l'histoire de Maurice Pons et de Mademoiselle B. On passe un agréablement moment en compagnie de l'auteur et de sa vie.
Cette histoire de femme qui pousse ses amants au suicide m'a tapée dans le coeur! J'ai trouvais cela super intriguant. Mélanger des éléments réels et irréels de sa vie m'ont passionnés et entraînés dans ma lecture !
Il y a pas mal de personnages secondaires dans Mademoiselle B. Ils sont tous différents et pourtant, je les ai tous aimé. Pourtant, l'auteur ne les affectionne pas tous. Mais je sais pas, il y avait un petit quelque chose, peut être la proximité qu'il crée entre eux et nous, qui a fait que je me suis prise d'affection pour les protagonistes. Par exemple, j'ai adoré le personnage du Pharmacien. Et pourtant, il fait une apparition brève. 
Maurice Pons m'a amusé, j'ai aimé sa manière de penser les choses qui l'entourent et son travail d'écrivain. 

L'intrigue était intéressante dans l'ensemble. On suit cette petite enquête par le biais de Pons qui se posent de nombreuses questions sur les meurtres. Ma seule petite déception a été les nombreux passages coupés par les pensées de l'auteur. Même si j'en vois l'utilité, ça a cassé le rythme de ma frénésie à en savoir plus sur Mademoiselle B. Je m'étais quelques pages à me remettre dans le bain. Dommage!



Une écriture que j'ai sentie proche de son lecteur. Maurice Pons nous parlait franchement, sans faire de manière. Il décrit  les lieux et les personnes qui l'entourent d'une façon très réaliste, nous imprégnant totalement de l'histoire!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire