Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

jeudi 25 février 2016

Extinction, Matthew Mather


Nombre de pages: 477
Editeur: Fleuve noir
Date de sortie: Novembre 2015
Traducteur:
VO:
Prix: 20,90€
À la veille de Noël, une gigantesque tempête de neige s’abat sur Manhattan et provoque un black-out total. Internet et les réseaux de communication ne fonctionnent plus. Les infrastructures s’effondrent.


Puis une épidémie mortelle apparaît, alimentant toutes les rumeurs. La psychose est totale. On pointe du doigt les Russes, les Chinois, les Iraniens...

Perdu avec sa famille au milieu du chaos, Mike Mitchell se retrouve sans eau, sans chauffage, et bientôt sans nourriture. Dans ce tombeau à ciel ouvert qu’est devenu New York, il comprend que l’ordre a laissé la place à la loi du plus fort.

Il va maintenant devoir se livrer à une lutte sans merci, pour sa survie et celle des siens...



    Extinction est un roman post-apocalyptique qui m’a tapé dans l’œil dès sa sortie. Pendant quelques temps, je l’avais oublié, puis récemment comme vous le savez, New-York a été touché par une assez grosse tempête de neige. Ca m’a immédiatement rappelé le résumé de cette histoire, et voilà. Je devais le lire.


     Extinction raconte l’histoire de Mike, de sa femme Lauren et de leur fils Luke. Ils vivent dans un appartement New-Yorkais entourés de voisins avec qui ils entretiennent des liens plus ou moins forts. D’ailleurs, le roman s’ouvre sur un barbecue entre voisins organisé par Mike. Ce début de l’histoire nous place rapidement le contexte : le couple de Mike bat de l’aile, on nous présente les habitants de l’immeuble. Il y a Chuck, l’ami complètement parano de Mike qui attend la fin du monde, un couple âgé Russe, Pam et Rory ou encore Richard qui tourne un peu trop près de Lauren au goût de Mike.

    On découvre donc tout ce petit monde dans leur vie « tranquille », puis un jour, tout par en cacahuète. Une cyberattaque frappe les Etats-Unis. Internet ne fonctionne plus. Et tout ce qui est contrôlé par ce biais par la même occasion ! Par exemple, l’eau ou l’électiricté se retrouve coupé. Avec ça, parce que c’est pas drôle pour les personnages sinon hein, New-York subi une tempête de neige assez phénoménale qui va venir empirer la situation. 
   Rapidement, Mike et ses voisins vont s’organiser pour tenter de survivre à cette situation qui pour eux, n’est que temporaire. Dans Extinction, on suit donc une évolution. L’inquiétude des personnages va en s’aggravant tout comme leurs relations qui commence à s’effriter.

     Cette histoire  m’a tenue en haleine tout le long, et les pages passaient à une vitesse folle. On suit les personnages dans leur organisation et parfois, je dois dire qu’ils m’ont énervé ! Ils ne sont pas très réactifs au début, ils atténuent un peu les problèmes, en tentant de se rassurer. Un peu mou par moment quoi. Les habitants de cet immeuble New-Yorkais pense que la situation est provisoire et qu’elle va durer quelques heures-jours. Au final, l’auteur arrive à nous donner l’impression que cela va durer pour toujours. Comme les protagonistes de l’histoire, on ressent cette angoisse. On prie avec eux pour que l’électricité revienne. Et puis, surtout, on est dans l’incompréhension.
    En effet, les systèmes de communication sont coupés. Seul des radios « locales » continuent à exister. Ils n’y a pas d’informations officielles sur les évènements. Au début, la télé fonctionnait encore, leur livrant quelques données qui lance des débats plus farfelues les uns que les autres. Est-ce les chinois avec qui la situation politique était instable qui ont attaqués les Etats-Unis pour l’envahir ? On ne sait pas. Et Mike et les autres attendent que leur gouvernement réagisse. Qu’ils viennent les sauver. Une attente qui va devenir très longue. Certaines de leurs réactions nous dépassent, on a envie de leur crier quoi faire. Ils se retrouvent rapidement submerger par les évènements et par les pires facettes de l’être humain. 

   Extinction est un roman captivant qui décrit une situation glaçante. Ce n’est pas une histoire farfelue que l’on peut imaginer que dans nos cauchemars. Dans Extinction, la situation que l’auteur nous décrit pourrait arriver. Il nous explique avec des mots simples ce qu’est une cyberattaques, ses rouages et ses conséquences. Il nous met en avant à quel point notre monde dépend du fonctionnement d’internet. Et je dois dire que, Matthew Mather, m’a fait envisager des évènements auxquels je n’avais jamais pensé auparavant. Bon par contre, par moment il y a des éléments de l'intrigue que j'ai trouvé un peu bizarre et limite trop facile.


    Sinon, j’ai adoré la façon qu'à l'auteur de traiter les réactions humaines. Mike et ses amis espèrent que la situation va s’arranger. Et je les ai trouvé extrêmement naturel (même si ils sont énervants). A part Chuck qui est de nature parano, les autres vont réagir comme nous même pourrions le faire. Ils ne pensent pas directemnet à s’organiser comme ils le faudraient, préférant même rester à New-York plutôt que de fuir dans un endroit plus sécurisé. La nourriture n'est pas leur priorité au début, ni même l'eau. Ils ont certaines ressources qu'ils utilisent un peu tardivement. 

    Jusqu'à la fin d'Extinction, on ne peut pas imaginer la fin de cette histoire. J'ai été conquise par ce roman, même si, au final, la fin était un peu spéciale et beaucoup trop rapide à mon goût. 
    Je vous conseille ce roman, car j'ai trouvé qu'il change de ce qu'on a l'habitude de rencontrer. Internet est au centre de l'histoire et nous amène une vision de notre futur à laquelle nous ne pensons pas forcément. Ce roman a défilé sous mes yeux sans que je ne m'en aperçoive. Une très bonne découverte! 


1 commentaire:

  1. Je ne connaissais pas alors je te remercie pour ton avis qui donne envie de découvrir ce roman!

    RépondreSupprimer