Ma dernière chronique

Afficher l'image d'origine

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Celle-ci lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretient avec le père de cette dernière, Sylvain, un homme violent qui l’a abandonnée alors qu’elle était enceinte et à qui elle refuse le droit de visite. Un jour, pourtant, Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève Hortense. « Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la reverras plus. »


2015 : après des années de recherches vaines, Sophie ne s’est jamais remise de la disparition d’Hortense. Fonctionnaire au ministère de l’Éducation, elle mène une existence morne et très solitaire. Jusqu’au soir où une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, c’est Hortense. Elle la suit, l’observe sans relâche. Sans rien lui dire de leur lien de parenté, elle sympathise avec la jeune femme, prénommée Emmanuelle, tente d’en savoir plus sur elle. La relation qui se noue alors va vite devenir l’objet de bien des mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et la jeune femme est-elle aussi innocente qu'elle le paraît ?


Cliquez sur l'image pour lire la chronique!

vendredi 30 mai 2014

La symphonie des abysses: Livre 1, Carina Rozenfeld

Nombre de pages: 456
Éditeur: Robert Laffont
Collection: R
Date de publication: Février 2014
Un chant de liberté s'élève du fond des abysses, mais comment répondre à son appel quand un mur infranchissable vous en sépare ?

VOUS PENSIEZ ÊTRE AU PARADIS ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise...
Un mur infranchissable.

IL VOUS FAUDRA D'ABORD VIVRE EN ENFER :
ARTICLE 1 : Tout contact physique, toute marque d'amour sont proscrits.
ARTICLE 2 : Il est interdit de chanter, d'écouter ou de faire de la musique.
ARTICLE 3 : Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.

VOUS N'ÊTES PERSONNE.
VOUS APPRENDREZ À OBÉIR
      Je connais Carina Rozenfeld de nom mais jamais je n'avais tenté l'expérience de sa plume. Dès la sortie de la symphonie des Abysses, j'ai été très tenté par le résumé. Ces histoires de populations réduites à vivre dans un espace clos me plaisent bien. Mais très sincèrement, j'ai été totalement déçue par ce livre. Une de mes grosses déceptions de l'année. Je n'ai pas rencontré beaucoup d'avis négatifs sur les blogs et j'ai du mal à comprendre cet engouement pour ce roman. Carrément pas même.

       La première chose à savoir sur la symphonie des Abysses est qu'il se divise en deux grosses parties. Je vois beaucoup de blog bien bien spoiler la deuxième. Je trouve ça vraiment dommage parce que personnellement j'étais contente de la découvrir. J'annoncerai sur la suite de ma chronique quand est-ce que je parlerai de cette partie. J'aurais pas mal de choses à dire dessus. Mais ne vous inquiétez pas, même si vous avez envie de continuer à lire ma chronique, je ne spoilerai pas le dénouement. Seulement les nouveaux éléments qui interviennent.

       Enfin bref! Dans la symphonie des Abysses, nous découvrons une population vivant sur une île. Ils sont soumis à plusieurs règles dont celle de l'interdiction d'écouter ou de produire de la musique. C'est dans cette atmosphère que vit notre personnage principal, Abrielle, une jeune fille de 16 ans. Quand elle avait 4 ans, Abrielle a chanté. Innocemment et sans en savoir les conséquences. Depuis, elle vit avec une pression assez lourde. La population de son village se souvient de cette épisode.

       Au début de cette partie j'étais toute contente de découvrir cet univers. Mais au bout de quelques pages: ennui. Ennui et oh? Ennui..... Alors pourquoi ?  Parce que dans ce village il ne se passe RIEEEN..... Mais genre, rien de rien ! Au début, la découverte du fonctionnement de la cité est réellement intéressant mais au fil des pages, on a seulement droit à un entassement des mêmes sujets. On nous parle de ce feeling spécial qu'Abrielle a avec la musique et les sons, son enfance, sa famille et un événement particulier. Événement qui revient au lecteur vraiment trop trop souvent... On a comprit quoi u.u

       Et dans ce petit univers, il y a le personnage le plus détestable et énervant du monde  : Braden. 
Braden c'est... L'ex petit ami/copain d'Abrielle. Mais c'est pas tout ! Braden est aussi un gros bipolaire. Oui oui  !  Un coup il déteste Abrielle et veut lui faire sa peau et un coup c'est l'amour de sa vie. Mais... vraiment comme je vous le dit hein x_x Ce monsieur à des gros soucis d'humeur.. Ou même carrément autre chose. Un taré. Alors je ne sais pas à quoi sert ce personnage à part énerver le lecteur et nous faire ponctuer le récit de What the fuck. Mais il est bien là et j'ai souffert  :( J'ai eu du mal à cerner son utilité dans l'histoire. J'ai juste envie de crier un gros "POURQUOOOI?!!!" à Carina Rozenfeld.
       Les pensées de ce personnages sont illogiques. Il passe d'une extrême à l'autre sans raison. Il a des réflexions très basiques. J'ai l'impression d'avoir regardé un dessin animé pour enfant. Vous savez des dénouements qui arrivent grâce à des pensées du genre "Mais en fait il voulait être gentil en me poussant pour que j'évite le ballon! Désolée mon ami :o " L'auteur essaye aussi de nous faire une pseudo intrigue trahison. Là aussi pas très logique.

       En fait, ce que j'ai du mal à cerner dans cette histoire c'est les réactions extrémistes des habitants. Je veux dire, ils ont l'air d'être là depuis un long moment. Alors oui, certes il y a l'oppression qui empêche la population d'enfreindre les règles mais... Sérieusement personne s'est jamais rendu compte que la musique ne tuait personne? -_- En genre, autant d'années d’oppressions?!! Sans personne que régisse ces règles. Sans explications sur leur présence? Sans autorité réelle? Avancer dans l'incertitude et continuer? Pourquoi ?!!! Aaah... 
       Puis ces histoires sur la musique..... J'ai trouvé ça d'un lourd au bout d'un moment!! Oui c'est poétique. Oui on a tendance à oublier à quel point la musique est présente partout. Oui pour nous c'est tellement normal qu'on ne représente pas ce que sa perte amènerait. MAIS POURQUOI AMENER CA DE MANIERE AUSSI LENTE ET NIANIAAAN MAIS JE ME MEEURS!! Il y a tellement de questions qui soulèvent tout ça... Une population qui vit depuis autant de temps sans musique... Comment peut-elle encore appréhender ce concept? Comment peuvent-ils encore entrevoir ce que la musique est? C'est pas cohérent ><
       Puis même quand il y a un peu d'action qui se présente ça devient vite plat et mou... 

      Bref. Maintenant je vais vous parler de la seconde partie. Seconde partie que j'ai amplement préféré. Mais avec tout de même un goût amer à la fin.
Si vous avez envie de découvrir entièrement le roman, arrêtez vous là ^^

       Alors, ici on rencontre deux personnages. Ca et Sa. Alors.. Quand j'ai vu leur nom je me suis dit que c'était la catastrophe haha... Heureusement que leurs noms sont habillement justifiés parce que je trouve ça assez nul en fait. On voit direct le lien entre eux, et une légère opposition. Cela se montre original aux premiers abords mais en fin de compte.. c'est bateau. 
       Par contre, ces personnages sont des Neutres. En fait, ils vivent dans un village où l'on nait sans sexe. Oh! Une idée super ♥ Assez bien exploitée je dois dire! A 18 ans, on leur injecte les chromosomes correspondant au sexe qu'ils ont choisi. J'ai beaucoup aimé cette idée de sexe choisi par l'enfant. Par contre.. L'auteur emploie une technique que j'ai pas trop aimé pour la neutralité. Au lieu de mettre "Il" "Elle" "Le" "La" on a le droit à "Iel" "Lea". Arf ce que j'ai pas aimé ça XD Oui je sais, j'aime rien :p


       Bon. Alors avec ces histories d'amour, de neutralité dans les sexes, vous sentez bien arriver la question de genre et d'homosexualité hein? Parce que Sa et Ca sont amoureux. Oui oui! Ils s'aiment sans physique ni sexe. Et la principale question est "Quel sexe choisiront-ils?". 
       Autant vous dire que, je trouve le message de ce roman très beau. Mais présenté dans le mauvais sens selon moi. Concrètement, outre l'aspect physique et reproduction, l'amour et la question du genre sont surtout des questions de culture. Or dans une société où la culture de l'amour, et encore plus du sexe, n'existe pas.. Comment peut-on vraiment mettre en avant positivement que des gens ne se soucient pas de leurs sexes? Je veux dire.. C'est normal non?! Pour eux la reproduction se fait in vitro. Il n'y a pas la pression sociétale de l'homme qui se met avec la femme et basta! Pas d'amour, pas de tendresse, pas de sexe... Alors comment nous faire passer le message de tout ça avec en fond une société pareille? 
       C'est original dans son traitement. Oui dans une société sans poids culturel on ne se fierai plus à tout ça. Une acceptation autre se ferait et tout ce qui en découle. Mais vous voyez ce que je veux dire? Ca m'a fait relever trop de questions ce roman. A aucun moment on nous montre cette question du genre au sein de l'amour comme normale dans la société dépeinte. Comme si c'était quelque chose de spécial. On nous dit "Même si il choisit le même sexe que moi je l'aimerai toujours, car c'est son âme que j'aime". Ce sont des Neutres... Ils s'en foutent de la question du genre! C'est hors de leur contexte culturel..... Cela fait un parallèle avec notre société, le débat sur l'homosexualité. Alors que chez eux, ça s'applique pas trop trop. C'est carrément le débat de l'amour qui est en cause haha. En plus, les personnages ont quelques hésitations et inquiétudes dans le choix des sexes.. Pas logique, vu que concrètement, la culture ne s'oppose pas à l'homosexualité elle s'oppose à l'amour tout court ^^'
       En gros, c'est incohérent. Et quand il y a de l'incohérence ça me rend folle! XD

      Sinon, La fin du roman m'a intrigué. Beaucoup même mais au vu de l'ennui qu'il m'a procuré contre le peu de passages sympas qu'il m'a amené je ne préfère pas retenter l'expérience.

       L'aspect positif de ce roman réside concrètement dans les messages qu'il tente de faire passer. La musique, l'amour, l'acceptation de l'autre. Mais malheureusement pour moi, l'auteur l'a fait d'une façon qui ne m'a pas touché. Absolument pas. Mais je pense qu'il pourra plaire à un grand nombre d'entre vous!
Beaucoup d'idées très intéressantes! Surtout au niveau de la seconde partie. J'ai adoré comment cette société s'organisait! 
Houlala alors là par contre quelle catastrophe! A chaque fois que je me suis dit "Super de l'action!" "Super c'est trop intéressant", c'est rapidement redevenu mou et sans intérêt ._.

Braden a tout gâché. Braden m'a dégouté. Et la population dans la village d'Abrielle aussi. Trop d'incohérences dans les réactions des personnages pour que je mette un-arc-en-ciel. Pourtant j'ai beaucoup aimé tous les autres!!
Pas grand chose à dire là dessus! J'ai apprécié le style de l'auteur. Et voilà :)




6 commentaires:

  1. Arf, on la sent ta déception xD. C'est dommage, le livre a l'air d'avoir de bonnes idées, mais du coup il ne me tente pas :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui effectivement, il a des idées plutôt sympas! C'est dommage pour lui XD
      Merci pour ton commentaire ♥

      Supprimer
  2. Un livre que j'ai bien aimé mais sans plus... De bonnes idées, mais pas assez bien exploitées à mon goût...
    Mais ta chronique m'a fait rire :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha tant mieux si elle t'as fait rire xD

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais lu d'avis vraiment positif sur ce livre... Sans parler du fait que je n'aime pas du tout la couverture!^^ Ce sera sans moi! :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La même ^^' Il y a quand même certains avis extrêmement positif, que j'ai du mal à comprendre..

      Supprimer